Tourismapost

Eh Oh !!! il y a quelqu’un ?

Eh Oh !!! il y a quelqu’un ? Ahlam Jebbar

S’il est un secteur qui est touché de plein fouet par la crise du coronavirus, c’est bien celui du Tourisme. L’Organisation Mondiale du Tourisme – OMT – estime que la crise sanitaire ferait perdre l’équivalent de 5 à 7 années de croissance à l’industrie touristique… du jamais vu !!!

La pandémie du Coronavirus entraînerait, toujours selon l’OMT une chute des visites touristiques mondiales de 20 à 30% en 2020. L’organisation estime les pertes entre 300 et 450 milliards de dollars à cause de la diminution des rentrées touristiques. Or 80% de toutes les entreprises touristiques sont des Petites et Moyennes Entreprises (PME).

De notre côté, au Maroc, la Confédération Nationale du Tourisme estime qu’une perte sèche des arrivées de l’ordre de 34,10 Milliards de Dirhams en C.A touristique dont 14 Milliards de Dirhams de perte en C.A Hôtellerie.

Concrètement, aujourd’hui, la plupart des hôtels ont fermés, les agences de voyage ont baissé le rideau, les guides sont livrés à eux même et les transporteurs sont à l’arrêt, sans parler de la RAM et d’Air Arabia dont les avions sont au sol…
On aurait difficilement imaginé un scénario plus pessimiste… Avec aucune visibilité sur l’avenir.

Malgré cette situation catastrophique, aucune communication n’émane du département de tutelle. Rien, ni état des lieux, ni communication sur les rapatriements effectuées et ceux restants, ni sur la fameuse cellule de veille dont rien ne filtre, au point où on se demande si elle existe réellement…

Y-a-t-il seulement des mécanismes d’aides prévus pour les opérateurs du secteur du tourisme, outre celles obtenues par la CGEM et qui concernent l’ensemble des entreprises nationales ? Pourquoi le secteur du tourisme n’a-t-il pas été défendu comme il se doit auprès du comité de veille économique ?

Nous ne le répéterons jamais assez : La survie de 9.000 entités dont 3.500 entreprises d’hébergement touristique classées, 500 entreprises de restauration touristique, 1.450 agences de voyage, 1.500 sociétés de transport touristique, 1.500 sociétés de location de voitures et plus de 2000 guides… est désormais en suspens.

La situation est déplorable… Le secteur semble abandonné à son triste sort… C’est pénible à voir… Aujourd’hui, j’ai mal pour mon tourisme, mal pour ce secteur et pour les opérateurs du secteur privé, mal pour mon pays…

Lire aussi