Tourismapost

L’Etat vole au secours de la station Lixus

L’Etat vole au secours de la station Lixus

Pour faire avancer les chantiers du plan Azur, les pouvoirs publics montent au créneau et aident les aménageurs-développeurs à renflouer leur caisse pour mener à terme les stations. C’est dans ce sens que le Groupe Alliances Développement Immobilier vient de conclure un partenariat avec le Groupe CDG et le Fonds Marocain de Développement Touristique (FMDT) visant à accélérer le développement de Lixus. Reste que la station souffre toujours d’un environnement insalubre…

Pour la station Lixus, dans la Province de Larache, l’Etat a fait appel au Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) et au Fonds Marocain de Développement Touristique (FMDT) pour renflouer les caisses de l’aménageur – développeur, en l’occurrence le Groupe Alliances Développement Immobilier. « Ce partenariat prévoit ainsi la création d’une société commune destinée à porter les futurs développements touristiques et immobiliers de la station Lixus. Cette société sera détenue par le Groupe Alliances à hauteur de 50%, le Groupe CDG à hauteur de 30% et le FMDT à hauteur de 20%. » indique le communiqué.

Les pouvoirs publics cherchent ainsi à peser plus sur la décision en faisant rentrer des organismes publics dans le capital.
C’est donc avec un actionnariat 100%marocain, que l’Etat compte redynamiser le projet et donner un nouveau départ à la station.

Une décision qui s’imposait car bien qu’ayant réalisé une partie du volet résidentiel, Le Groupe Alliance immobilier peinait à faire émerger des hôtels.

« Devant les retards et les défaillances des aménageurs -développeurs des 6 stations balnéaires du Plan Azur, l’Etat est en train de renégocier tous les contrats en adoptant une approche nouvelle consistant à redimensionner ces stations et à donner la priorité à la partie hôtelière et d’animation » nous explique-t-on au ministère du Tourisme.

Pour rappel, la construction des stations balnéaires était prévue par la Vision 2010 et réinscrit dans la Vision 2020, faute d’être achevée.

L’accessibilité de la station reste un point faible

La station Lixus, située au sud de Tanger, projette de proposer une offre hôtelière diversifiée avec des hôtels 4 et 5 étoiles pour une capacité totale de 3 600 lits, des composantes résidentielles variées autour de villas et résidences, ainsi que des centres d’animation et de loisirs s’intégrant parfaitement à leur environnement. Un golf de 18 trous, une Marina de plaisance, un club nautique, un club équestre, un club de tennis, des commerces… L’investissement de la station porte sur un montant global de 3 milliards de dirhams, et prévoit la création de 4.000 emplois directs et stables. Selon les prévisions actuelles des actionnaires, la majeure partie de la station serait opérationnelle dès 2016. Reste que Les infrastructures de base n’ont pas suivi à Lixus. «L’accessibilité de la station reste un point faible. Il faut traverser Larache pour y accéder et c’est souvent infernal, surtout l’été » souligne un expert en développement de station. « De plus, l’environnement est insalubre. Sur les terrains avoisinant, des projets sont à l’arrêt et puis il y a la prison de Larache a proximité… » ajoute – t – il.

Il est donc impératif qu’au delà du tour de table qui est aujourd’hui bouclé, une réflexion doit être menée pour aménager et assainir les abords du site.

A rappeler que la station de Saadia dans laquelle on avait placé beaucoup d’espoir pour le développement de la région, s’est avérée, en raison de son isolement, et aussi en raison de la pauvreté des infrastructures de base environnantes, incapable de constituer un moteur de développement. « Lixus devrait donc faire très attention pour ne pas connaître le même sort… » explique un expert avertit…

Contacté, M. Alami-Lazrak, PDG du Groupe Alliances s’est refusé à tout commentaire… Il faut croire que les points de défaillances sont nombreux, mieux vaut s’en tenir à un simple communiqué de presse sans rentrer dans les détails… C’est la consigne qui a été donnée nous explique-t-on au sein du Groupe. « De plus, pour s’asseoir comme destination de premier ordre, la destination devra faire un grand travail de promotion auprès des tour-opérateurs qui ne sont pas, pour l’heure, attirés par la destination. » ajoute notre expert.

Mais la question n’est pas encore réellement à l’ordre du jour, ni celle du positionnement de la station et celle du risque de tomber dans un tourisme de masse…

Les aménageurs-développeurs misent tout aujourd’hui sur la concrétisation du projet. Sa commercialisation fera l’objet d’un autre challenge… plus tard… Espérons qu’il ne sera pas trop tard…

A.J

Lire aussi

La RAM planche sur...
Le Mandarin Oriental élu...
Show de feux d’Artifices...
Sécurité tout azimut !
Même au Maroc, Uber...
Carton plein pour «Echappées...
Tourismapost