Tourismapost

Abderrafià Zouitene vole au secours d’Essaouira

Abderrafià Zouitene vole au secours d’Essaouira

Samedi 13 septembre, le gouverneur de la province d’Essaouira, Jamal Makhtatar, recevait au siège de la province d’Essaouira, le conseiller du roi, André Azoulay, le directeur de l’ONMT, Abderrafià Zouitene, ainsi que les élus locaux et les acteurs touristiques d’Essaouira pour s’enquérir du développement touristique de la région.

Selon André Azoulay, «le développement d’Essaouira n’a pas à trembler face aux aléas de la gestion interne d’une compagnie aérienne.». Le ton est donné !
Aussi le sujet qui a été à l’ordre du jour n’était pas le pourquoi du comment du retrait par la RAM de la ligne Paris-Essaouira à compter d’aujourd’hui, mais bien de trouver des alternatives, comme nous l’annoncions dans notre édition de vendredi 12 septembre.

En venant rencontrer les opérateurs d’Essaouira, Abderrafià Zouitene a marqué sa volonté de s’impliquer dans la stratégie de développement touristique de la ville. Et il n’est pas arrivé les mains vides ! Il annonce d’emblée sa volonté d’intensifier les flux aériens entre Paris et Essaouira avec une troisième liaison hebdomadaire confirmée à partir du 1er novembre assurée par la compagnie Transavia. L’objectif à terme étant d’arriver à un vol quotidien entre les deux villes.

Le DG de l’Office du Tourisme escompte également développer les liaisons vers de grandes capitales européennes. Dès avril 2015, en effet, Easyjet effectuera effectivement deux vols hebdomadaires entre Londres et Essaouira.
L’étape suivante sera de développer le même schéma avec d’autres compagnies au départ de l’Allemagne, l’Italie et de la Belgique. Et à ce sujet, le DG de l’ONMT est très confiant.

Les connexions intérieures sont également au centre de la réflexion de l’ONMT.
L’objectif étant de mettre en place rapidement 4 fréquences par semaine depuis Casablanca.

Une réflexion est également menée pour mettre en place une véritable complémentarité entre les villes de Marrakech et Essaouira en proposant, par exemple des produits combinés. Les touristes peuvent par exemple arriver par voie aérienne à Marrakech, commencer leur séjour et ensuite se rendre par voie terrestre à Essaouira pour quelques jours.

Et pour que toutes ces actions soient efficientes, une grande campagne de communication et de promotion de la ville devra être menée. Une enveloppe de 10 millions Dirhams sera prévue pour celà en 2015.

Une journée fructueuse, donc, en ce week–end de septembre. La rentrée s’annonce dés lors sous les meilleurs auspices pour Essaouira. Avec ou sans la RAM, la destination compte bien, comme l’a souligné André Azoulay «garder l’ambition que sa longue histoire lui autorise».

Lire aussi

Vinart, l’adresse chic et branchée de Rabat
Vinart, l’adresse chic et...
Brussels Airport fait la promotion du Maroc
Brussels Airport fait la...
Coup de gueule de Fouzi Zemrani
Coup de gueule de...
Les hôteliers craignent les licenciements massifs
Les hôteliers craignent les...
La CNT fait le bilan des pertes  et présente ses doléances
La CNT fait le...
Le salon Marocotel 2020 est reporté
Le salon Marocotel 2020...