Tourismapost

Quand l’Afrique a confiance en l’Afrique

Quand l’Afrique a confiance en l’Afrique

Une tournée Africaine historique, une centaine d’accords commerciaux et des relations renfoncées avec les chefs d’Etat des quatre pays visités, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Guinée et enfin le Gabon.Dans le domaine du tourisme, les axes de développement sont nombreux. Explication avec Lahcen Haddad, ministre du Tourisme.

haddah-africainHaddad, l’Africain

Une foule en effervescence, des drapeaux marocains, des portraits géants de Sa Majesté le roi Mohammed VI… À chaque étape de sa tournée en Afrique subsaharienne les mêmes scènes de liesse sont répétées.Une ferveur qui témoigne de l’influence croissante du royaume chérifien dans la région.

Mais au-delà du symbole, cette tournée triomphale revêt une dimension économique que Sa Majesté le Roi a clairement signifiée. “Auparavant, la diplomatie était au service de la consolidation des relations politiques. Aujourd’hui, c’est la dimension économique qui prime et constitue l’un des fondamentaux des relations diplomatiques”, a-t-il déclaré à Abidjan.

Le ton est donné ! « C’est une tournée historique. Le discours de Sa Majesté Mohammed VI à Abidjan est un moment fort, c’est un discours visionnaire, fondateur pour l’Afrique de l’Avenir » souligne Lahcen Haddad, ministre du Tourisme.
Les chefs d’entreprises marocains bénéficient désormais d’un marché de 250 millions de personnes, dans les domaines du transport, des télécoms, des mines, de la banque, du bâtiment, de la santé et bien sûr du Tourisme.

Une donne d’autant plus importante que selon les experts 106 millions d’africains devraient disposer d’un revenu annuel de plus de 5000$ en 2014, un seuil au-delà duquel ils consacreront la moitié de leurs revenus à des biens non-alimentaires. Selon l’institut Amadeus, «Cette nouvelle classe moyenne africaine influera sur la demande locale et permettra d’impulser un cercle vertueux de production»

Dans le domaine du Tourisme, les pistes de collaboration et de développement sont donc importantes.

Au Mali, tout d’abord, l’objectif est de positionner le pays sur la scène internationale. « Nous avons convenu de travailler avec le pays pour aider au positionnement du pays sur l’échiquier international que ce soit pour le tourisme culturel notamment religieux, d’affaires à Bamako ou encore écologique dans le desert du Mali » précise Lahcen Haddad.
D’un côté, le Maroc va apporter son expertise en matière de formation et de développement des infrastructures hôtelières, notamment sur les rives des deux fleuves qui traversent le pays et d’un autre, un travail va être fait pour attirer plus de touristes maliens vers le Maroc. La RAM ayant déjà mis en place des vols sur Fès avec des tarifs préférentiels.

En Côte d’Ivoire, pays au grand potentiel de développement, une convention avait déjà été signée l’an dernier et lors de cette tournée, un programme d’application a été paraphé. Le potentiel touristique étant énorme,notamment à coté de la lagune d’Abidjan.
«Une délégation de la SMIT va se rendre sur place pour définir les projets structurants envisageables autour de la lagune» ajoute Lahcen Haddad.
Un accompagnement sera également entrepris en matière de formation, de conseil et de positionnement. « Une attention particulière sera apportée car c’est parmi les marchés les plus prometteurs d’Afrique » souligne Lahcen Haddad.
Il est vrai que la Côte d’Ivoire offre un positionnement privilégié et stratégique, notamment du fait qu’Abidjan est un hub en matière de tourisme d’affaires. Au Salon international du tourisme d’Abidjan, c’est la première année où le Maroc était présent, cette année, à travers un stand de l’ONMT. Compte tenu du fort potentiel de la région, le Maroc compte être présente chaque année dans ce salon et pour les prochaines éditions, toutes les régions du pays seront invitées à y participer.

En Guinée, le potentiel est énorme. L’objectif sera de tirer les investisseurs pour construire des hôtels et des villages de vacances à Conakry.
« Notre priorité sera l’attraction des investisseurs » confirme Lahcen Haddad. L’OFPPT va également être mise à contribution pour la formation des cadres.

Le Gabon, enfin, est un allié historique du Maroc. Le travail du ministère du Tourisme, de l’ONMT et de la SMIT sera à trois niveaux, la formation et le partage d’expérience, le positionnement de la destination notamment en matière de tourisme de niche et de tourisme d’affaire et enfin en matière de promotion. « C’est un pays où le pouvoir d’achat est important, nous allons donc travailler à promouvoir le Maroc au Gabon, et dans l’autre sens le Gabon au Maroc » explique Lahcen Haddad.

Ainsi, cette tournée africaine a ouvert la voix à de nombreux chantiers dans le domaine touristique. « Grâce au positionnement de Sa Majesté Mohammed VI, c’est un repositionnement du Maroc comme pays africain et du rôle du Maroc en Afrique qui a été institué» souligne Lahcen Haddad.

Mais le gros du travail reste à faire. « Maintenant c’est au gouvernement et aux entreprises, publiques et privés de passer à l’action » avance Lahcen Haddad. Il faut en effet, traduire cette vision africaine en actions concrètes.
«Il faut encourager les entreprises grandes ou petites, les PME, les jeunes et les porteurs de projets à investir dans la région car le potentiel est là» propose le ministre du Tourisme.
Car en matière de Tourisme, il ne s’agit pas que de construire des hôtels, il y a aussi, tout l’environnement à mettre en place : l’animation, les commerces, les restaurants, les centres commerciaux…

« Il faut également que les T.O investissent l’Afrique, la programme et travaillent en collaboration avec la RAM qui est bien positionnée dans la région » ajoute Lahcen Haddad.
Le marché africain, en matière touristique reste encore faible mais l’objectif du ministre est que très rapidement nous puissions passer le cap des 300.000 touristes d’Afrique de l’Ouest.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a ainsi clairement affiché son ambition de positionner le Maroc comme un leader sur le plan économique et commercial. Pour le ministre du Tourisme, le challenge sera d’assurer ce même positionnement en matière touristique.Traduire la politique africaine du Maroc en des réalisations concrètes, toute la problématique est là.L’Afrique étant désormais l’objet de toutes les convoitises.

A.J

 

 

 

Lire aussi

Grand succès des Tourism Marketing Days
Grand succès des Tourism...
Fès reçoit ses Trophées
Fès reçoit ses Trophées
Consécration pour Fès élue...
Après Dakhla en 2015,...
Mais que devient Driss...
La CGEM mets les...