Tourismapost

Mövenpick Marrakech

Agadir : Said Skalli tire la sonnette d’alarme

Agadir : Said Skalli tire la sonnette d’alarme

Vétusté du parc hôtelier, insuffisance des liaisons aériennes point à point, recul de l’investissement, saisonnalité, manque d’attractivité, branding défaillant… les maux qui touchent le secteur touristique à Agadir sont sérieux. L’ancien Président du CRT, Saïd Skalli a sensibilisé sur la situation lors d’une rencontre cette semaine, initiée par la coordination préfectorale du parti RNI dans le cadre du programme «RNI Ramadanyat».

La destination Agadir a atteint les 1,2 million d’arrivées touristiques en 2023. Pourtant la ville est en souffrance. Un constat amer pour les professionnels du tourisme de la ville. Et c’est la raison pour laquelle la coordination préfectorale du parti RNI dans le cadre du programme «RNI Ramadanyat» a organisé une rencontre au sein de la Chambre de commerce, d’industrie et des services (CCIS) d’Agadir. «Le vrai problème de la destination Agadir, c’est qu’elle a perdu son statut de station balnéaire. Pour la première fois de son histoire, elle tourne au-dessus de 5,02 millions de nuitées en 2023 alors que le seuil critique pour avoir cette appellation est de 7,5 millions de nuitées de séjours », s’est alarmé Saïd Skalli, ancien président du Conseil régional du tourisme du Souss-Massa. Agadir a en effet perdu 366.510 nuitées par rapport à 2019, année de référence. La destination est, selon lui, devenue une ville de passage avec une durée moyenne de séjour d’à peine 4 nuitées.
Pour celui que ses confrères surnommaient « le pompier du CRT d’Agadir » Le vrai problème, à l’heure actuelle, c’est celui des hôtels fermés, ce qui grève la commercialisation en matière de sièges et de chambres à vendre au sein de la destination Aussi, il y a lieu de régler rapidement cette problématique qui porte atteinte à la survie de la destination. »
La ville souffre, en effet, d’une capacité litière faible en raison de redressement judiciaire ou de fermetures d’une vingtaine d’établissements hôteliers. Said Skalli a d’ailleurs toujours milité pour que la destination atteigne les 100.000 lits afin d’être considérée comme la première station balnéaire du royaume.
L’aérien est également le talon d’Achille de la destination qui manque de vols point à point, notamment au départ des marchés allemand, néerlandais, russe et scandinaves (Suède,Danemark, Norvège). Agadir n’a pas récupéré son trafic aérien international enregistré avant 2019.
Le branding de la destination est aussi un point faible. La dénomination de la région «Souss- Massa» ne mettant pas suffisamment en valeur la destination d’Agadir. L’attractivité régionale passant aussi par un meilleur marketing territorial.
Rappelons que le contrat-programme régional du tourisme pour la région est toujours en cours de finalisation.
Nommé en juillet dernier à la tête du CRT, Salaheddine Benhamane a donc du pain sur la planche pour positionner la destination et lui faire reprendre le trend de la relance.

Lire aussi

Le Maroc, pays à l’honneur du salon Gourmets à Madrid
Le Maroc, pays à...
Marrakech, la star du week-end de l’Aïd
Marrakech, la star du...
La relève n’est pas assurée !
La relève n’est pas...
La SMIT s’active pour lancer le Parc National d’Ifrane
La SMIT s’active pour...
Détails de l’opening et photos exclusives  du Ritz Carlton Rabat
Détails de l’opening et...
La Bahja attitude de Hamid Bentahar
La Bahja attitude de...
Tourismapost