Tourismapost

Ramadan estival, plus que deux ans à tirer

Ramadan estival, plus que deux ans à tirer Ali Ghator Chroniqueur

Depuis 2010, le Ramadan coïncide avec les vacances d’été et cela fait quatre ans que les professionnels s’ingénient à faire des promotions pour attirer les nationaux, gratuités enfants, animation, prix bradés etc… rien n’y fait, les marocains sont habitués à passer le mois sacré chez eux, en famille et entre amis. Décidément, Ramadan ne rime pas avec vacances.L’activité touristique est condamnée à vivre au ralenti pendant un mois et cela se répercute sur l’ensemble de l’économie, avec des horaires adaptés et des sautes d’humeur à gérer.

Durant ce mois de ramadan, les touristes adore les hôtels all inclusive, où là tout est permisDurant ce mois de ramadan, les touristes adorent les hôtels all inclusive, où là tout est permis

Concernant la clientèle internationale, il y a toujours une sorte d’appréhension à opter pour la destination en période de Ramadan pour plusieurs raisons, dont certaines sont fondées et d’autres complètements dépassées aujourd’hui.

Il est vrai, qu’en période de jeûne, l’activité est plus nocturne que diurne, surtout concernant les cafés et les restaurants dont certains profitent pour se refaire une beauté. Pour les commerces, mis à part ceux dits de bouche qui « cartonnent » pendant cette période, les autres attentent patiemment l’Aïd pour se refaire une santé.

Organiser des circuits durant cette période relève de la gageure, que ce soit les guides ou les chauffeurs, ils peinent à tenir un rythme normal et souvent les étapes ainsi que les visites, sont réduites à leur plus simple expression. Sans oublier qu’à partir de 16h00 la somnolence gagne l’équipage avec tous les risques que cela comporte.

Pour les personnes en séjour, outre les règles vestimentaires qu’ils s’imposent au égard à la population, il est quasi impossible pour eux de « griller » une cigarette en public ou de siroter une boisson alcoolisée dans un terrasse de café, sans qui rien ni personne ne leur interdise, ils sont juste au courant que cela ne se fait pas. Résultat, les touristes qui séjournent, restent cloitrés dans des hôtels all inclusive, où là tout est permis. Ils profitent des prix promotionnels pour passer des vacances à moindre cout et évitant de mettre le nez dehors.

Pour les stations balnéaires, les plages sont désertées par la clientèle nationale, pas de parasols, pas de glaciaire, pas de maillots, juste des sportifs de fin de journée qui « ramènent le Maghreb » en s’adonnant à la marche ou en pratiquant tous sport qu’il soit individuel ou d’équipe. Du coup, les rares touristes qui séjournent restent dans les piscines des hôtels à bronzer. Les plagistes ne font donc pas recette.

Reste à saluer le personnel des hôtels qui est présent du petit déjeuner au dîner, avec juste une pause pour rompre le jeûne, souvent à tour de rôle, car le service continue malgré tout.

Enfin, quand arrive le soir, comme par enchantement, tout redevient normal, avec une mode qui s’est développée depuis 2010, les Ftours organisés par les hôtels et certains restaurants branchés où se côtoient bobos marocains et expats en quête d’intégration dans une sorte de fusion qui a plus du «before» que du Ftour .

Les vacances sont programmées pour le mois d’Aout, tout le monde tente de réserver pour cette période, mais il reste très peu de possibilités dans les hôtels et presque tous les vols sont déjà pleins. Beaucoup de personnes vont donc s’aventurer vers les villes estivales sans réservation. Ce qui augure d’une déception certaine et d’une flambée des prix teintée d’opportunisme.

En bon saurien qui se respecte, je vais plonger dans une longue méditation en vous souhaitant Ramadan Moubarak Karim.

Ali Ghator.

Lire aussi


chroniqueurs
  • Faouzi Zemrani
  • Majid Bennis
  • Nabil Kouhen
  • Said Mouhid
  • Jean Robert Reznik
Restez informés, inscrivez-vous à notre newsletter
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !