Tourismapost

Le Temps du Maroc !

Le Temps du Maroc ! Jean Robert Reznik

Nous y sommes, c’est à nouveau le temps du Maroc. Le pays qui a le courage d’associer tradition et modernité, religion et respect des autres, ouverture vers le monde et les cultures de son peuple.

Cette mosaïque qui fait la force et l’unité du Maroc mérite que dans ce domaine si controversé du tourisme, le plan et la Vision soient remisent à l’honneur pour relancer ce qui n’était qu’une étape.

Quand j’ai eu l’honneur de travailler à la réalisation de la Vision 2010, nous étions à peine à un peu plus d’un million de touristes. Tout le monde à l’air de se satisfaire d’avoir dépassé les 10 millions de touristes et évidemment toutes les excuses sont bonnes : la situation en Afrique, le terrorisme, la crise économique etc…

C’est oublier qu’à nos portes, la France et l’Espagne reçoivent chacun plus de 80 millions de touristes, qu’à nos portes, l’Europe est un réservoir d’au moins 500 millions de touristes… Qui de plus, sont plus riches que les autres, plus âgés et donc moins sensibles à la saisonnalité et que grâce à l’évolution du monde, ce ne sont plus que les japonais que nous attendons mais enfin les américains , les sud-américains, les chinois, les russes, les indiens…
Sans oublier que le Maroc, grâce à l’action de Sa Majesté, est devenu le pôle d’attraction de toute l’Afrique.

Alors oui, il faut à nouveau, non pas seulement une Vision mais un plan.
Premièrement cela commence par le transport et la relance de destinations accessibles en direct au moins de toutes les capitales européennes mais aussi à partir des réservoirs à touristes comme les destinations espagnoles : Malaga, Baléares … , des lieux qui, en plus, ont hérités de la tradition arabe.

Je sais les réticences de la compagnie nationale prise entre sa rentabilité et sa mission au service du pays. Mais peut-on accepter de voir Ouarzazate abandonnée, Essaouira sous estimé, Dakhla coupé dans son élan et Tantan, toujours un rêve ?
Et accepter, alors que l’on veut réellement, sous la conduite de Sa Majesté, lancer le Nord et avoir dans le même temps l’aéroport de Tetouan fermé au trafic commercial international…

Il n’est, bien sûr, pas question de faire peser tout un plan transport sur la compagnie nationale mais il faut que l’ouverture du ciel voulue par le Maroc et animée à l’époque par Adil Douiri et Karim Guellab, continue à se développer et que le Hub de Casablanca, créé à l’époque par Si Mohammed Hassad puis Driss Benhima, prennent tout son ampleur pour être le
principal lien entre le monde et Casablanca.

Le plan n’est rien sans les moyens humains et financiers. Humains parce qu’il s’agit que partout sur le territoire se crée des écoles accessibles à la jeune population marocaine pour acquérir les métiers de base du Tourisme. Suivi d’écoles qui formeront les cadres. Ces écoles sont aujourd’hui soient trop sophistiquées soit pas assez… et souvent trop chères.

C’est une chance au travers du Tourisme que d’être un des facteurs de culture essentielle du pays. Pas de Tourisme réussi sans une amélioration globale de la connaissance profonde du Maroc par ceux qui sont les hôtes du pays et ceux là mêmes qui ne doivent pas oublier que leur premiers clients sont les marocains au Maroc et leur propre famille.

A propos d’Education, je voudrais reprendre une idée que j’avais lancé, il y a quelques années, qui consistait à ce que chaque patron et chaque directeur de service au Maroc s’engage à prendre en stage dans son bureau, pendant un jeune étudiant pendant au moins six mois.
Mettre le pays à l’étrier aux jeunes marocains est une mission de base que devrait avoir tous les patrons.
Une fondation, financée par eux tous, devrait dans ce sens, voir le jour avec pour finalité de créer de l’emploi.

Il y a ensuite, évidemment, La Finance. Contrairement à ce qui est trop souvent répété, ce n’est pas l’argent qui manque, ce sont les facteurs qui le déclenche. Pour cela il faut bien sûr des idées, des hommes … et des Femmes !

Il s’agit de créer des fonds d’investissement dédiés au Tourisme. Chacun animé par un responsable qui prendrait en direct un thème ou une région, par exemple Tourisme et Santé qui a un très fort potentiel de développement inexploité. On ne doit pas oublier qu’il y a 500 millions de retraités très proches du Maroc…

Ce sont les programmes qui seront proposés et leur présentation à l’échelle internationale qui amèneront les capitaux. Bien sûr, assortis d’une fiscalité attractive pour se repositionner face à la concurrence internationale. Les road-show qui devront être fait sur chaque thème chaque région devront être préparé par une petite équipe qui alliera à la connaissance financière, une aura culturelle et qui pourra convaincre sur le caractère écologique, sécuritaire, santé, sans oublier le volet agricole, pour inciter à la fabrication de produits cultivés ou élevés au Maroc.

Il est toujours facile de dire : il n’y a qu’à… il faut qu’on … mais ceux qui n’ont jamais crus à rien, n’ont jamais pu réaliser quoi que ce soit….
Mon père m’a légué en héritage cette formule : « un tiers de rêve, plus un tiers de matérialisme, plus un tiers d humour et de ténacité pour tenter d’aller vers le succès…»

Alors oui, il est venu le temps du Maroc !

Ceux qui s’engageront résolument vers le Maroc voulu par Sa Majesté le Roi, réussiront cette entreprise pour que le Tourisme ait sa juste place méritée au service de la culture et de la paix…

Lire aussi


chroniqueurs
  • Faouzi Zemrani
  • Majid Bennis
  • Nabil Kouhen
  • Said Mouhid
  • Jean Robert Reznik
Restez informés, inscrivez-vous à notre newsletter
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !