Tourismapost

Cafouillage en terre sainte

Cafouillage en terre sainte Ali Ghator Chroniqueur

Comme chaque année, l’opération pèlerinage connaît des surprises souvent dues aux innovations opérées par les autorités saoudiennes afin de sécuriser le déroulement du pèlerinage, notamment en matière d’hébergement et de transport.

Depuis quelques années déjà, le Ministère du Hajj Saoudien a mis en place un portail internet, pour permettre aux différentes délégations de contracter et de valider l’ensemble de leurs prestations sous le contrôle de la Mouassassa, association des Moutawifs, qui a le privilège et la charge d’encadrer les pèlerins.

Jusqu’à l’année dernière, les agents de voyages marocains devaient se rendre en Arabie Saoudite afin de valider leurs contrats et se doter du «Barre Code» qui leur permet in fine d’obtenir le visa pour leurs pèlerins.

Cette année, les autorités Saoudiennes ont décidé que l’ensemble de cette opération se ferait par l’intermédiaire du portail réservé à cet effet et la FNAVM a été avertie en cela par l’intermédiaire du Ministère du Tourisme, lui même informé par le Ministère des Habous et des Affaires islamiques, qui comme chacun le sait, est l’unique responsable de cette opération vis a vis des autorités Saoudiennes.

La FNAVM de son coté a informé ses membres qui ont tous applaudi cette initiative, qui les dispensait d’un déplacement en Arabie Saoudite et qui leur permettrait de se consacrer aux démarches administratives marocaines pour préparer leur voyage.

DSCN0491

Sauf, qu’en date du 12 Aout, les agences ont été surprises d’apprendre que le déplacement en Arabie Saoudite est incontournable et que leur présence physique est indispensable, du fait que La Mouassassa et le Syndicat des transports, ne sont pas encore intégré dans le portail.

La FNAVM a immédiatement sollicité le Consulat d’Arabie Saoudite pour obtenir des visas pour ses membres, sachant qu’en cette période il y a un embargo total pour cause de Hajj. Compréhensif, le Consul a délivré de manière exceptionnelle des visas d’une semaine pour les 42 agents de voyages devant se rendre aux lieux saints pour finaliser leurs contrats. Cette opération devait prendre au maximum 48 heures, selon le président de la commission Pèlerinage au sein de la FNAVM.

Sauf, qu’arrivé sur place le 22 Aout, les agents de voyages dotés de leurs attestations de cota respectifs délivrés par le Ministère du Tourisme, ont été éconduits par la Mouassassa, pour la simple raison, qu’elle n’a jamais été informé par le Ministère du Haj Saoudien d’une quelconque liste d’agents de voyages marocains.

Stupéfaction et grosse surprise pour ceux qui ont fait le déplacement d’autant plus qu’ils ont appris cela un samedi et qu’il fallait attendre le Lundi 25 pour avoir une explication à cette énigme de la part et du Ministère du Tourisme et du Ministère des Habous et des Affaires Islamiques.

Le Ministère du Tourisme dit avoir transmis au Ministère des Habous, lequel assure avoir fait le nécessaire auprès des Saoudiens et les Saoudiens soutiennent n’avoir rien reçus, si ce n’est le nombre total de pèlerins attribué aux agences de voyages.

Ce n’est que le 28 Aout , que les agences de voyages ont été introduites par le Ministère des Habous et des affaires Islamiques via le portail internet et qu’elles ont pu entamer la procédure de validation des contrats munis chacune d’un login et d’un mot de passe, tel que cela était prévu par la circulaire transmise le 11 Février 2014.

Autre surprise, huit agences n’ont pas pu entamer cette procédure, faute de cota ? En fait le nombre de pèlerins transmis par le Ministère des Habous et des Affaires Islamiques à tout simplement omis les parlementaires, les militaires et les accompagnateurs, il n’a été tenu compte que des pèlerins issus du tirage au sort . Ce qui fut rectifié le 3 septembre.

Mais les agences ne sont pas pour autant au bout de leur peine car il s’avère en dernière minute, que le prestataire sélectionné par la FNAVM pour assurer la restauration des pèlerins, ne se serait pas acquitté de la caution obligatoire de 20%, qu’il doit déposer en numéraire auprès de la Mouassasa afin de valider les contrats. Résultat, toutes les agences sont toujours bloquées, certaines ont abandonné et sont rentrées leur visa étant arrivé à échéance, les autres patientent et espèrent trouver une issue durant le week end pour récupérer le fameux « Barre Code » sésame pour l’obtention des visas pour les pèlerins.

Pour information, toutes les agences se sont acquittées auprès leurs prestataires respectifs en transférant la totalité des sommes dues y compris la restauration. Ce qui devait être une simple formalité s’est transformé en calvaire pour les agences de voyages et ce n’est pas encore terminé.

Les avions sont réservés et les premiers départs doivent avoir lieu dans deux semaines in Cha’ Allah.

Ali Ghator.

Lire aussi


chroniqueurs
  • Faouzi Zemrani
  • Majid Bennis
  • Nabil Kouhen
  • Said Mouhid
  • Jean Robert Reznik
Restez informés, inscrivez-vous à notre newsletter
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !