Tourismapost

A-t-on besoin d’un ministère du Tourisme ?

A-t-on besoin d’un ministère  du Tourisme ? Ahlam Jebbar

La question peut paraître audacieuse voir provocante et pourtant elle est bel et bien d’actualité.

Hier, mercredi 21 juin, en France, Emmanuelle Macron dévoilait la composition de son nouveau Gouvernement. Et cette fois encore, il n’y a plus de ministère du Tourisme, ni de secrétariat d’Etat à la promotion du Tourisme. Le département sera donc vraisemblablement rattaché à Bercy.

Pourtant la France est la première destination touristique mondiale et son tourisme pèse 7 à 8% du PIB et quelques 2 millions de salariés.

Il faut rappeler que le département du Tourisme a disparu en France depuis le précédent quinquennat déjà.

La raison : le tourisme serait un secteur embarqué dans l’ensemble de la politique économique. Ce serait donc un secteur très transversal.

« Atout France » (équivalent de l’ONMT)  joue par contre un rôle fort et est le principal interlocuteur du secteur.

La France a toujours été un modèle pour nous, au Maroc… Aussi est-on en droit de se poser la question si ce schéma adopté dans l’Hexagone n’est pas un modèle à suivre.

Au Maroc, la question de la Gouvernance est l’un des sujets les plus cruciaux pour lequel jusqu’à présent, les responsables et le Gouvernement n’ont pas encore tranché.

Une Haute Autorité du Tourisme, prévue dans le cadre de la Vision 2020, aurait du voir le jour afin d’assurer la mise en œuvre de la vision 2020 et de renforcer la légitimité institutionnelle du tourisme.

Cette instance nationale de pilotage devait réunir, dans le cadre d’un partenariat, l’État, les régions et le secteur privé.

Pour beaucoup d’experts du Tourisme, la mise en place de cette instance aurait permis d’insuffler une nouvelle dynamique au secteur.

Mais en 2017, à moins de trois ans de l’échéance 2020, cette instance n’a toujours pas vu le jour.

Pourtant, compte tenu des difficultés du secteur, des retards pris sur les principaux chantiers de la Vision 2020 et des limites du département de tutelle, la Gouvernance semble plus que jamais un sujet à gérer en priorité.

A bon entendeur…

Lire aussi


chroniqueurs
  • Faouzi Zemrani
  • Majid Bennis
  • Nabil Kouhen
  • Said Mouhid
  • Jean Robert Reznik
Restez informés, inscrivez-vous à notre newsletter
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !